Les Amis du Musée de la Pêche

22 avril 2018

Les Amis du Musée de la pêche au Village de la Transat Concarneau-Saint-Barth

31113799_10215266764170027_7250273398331277312_n

 Les Amis du Musée de la pêche ont tenu un stand, les 14 et 21 avril, au Villlage de la Transat AG2R-La Mondiale.

 

A la demande de la mairie de Concarneau (29), les Amis du Musée de la pêche (AAMP) ont participé, durant deux jours (les samedis 14 et 21 avril 2018), à l'animation du village de la Transat AG2R-La Mondiale. Les bénévoles ont exposé les objets maritimes appartenant à la collection privée de l'un des administrateurs. De très nombreux visiteurs se sont montrés intéressés par ce patrimoine qui (re)vit, à l'occasion de ce type d'événements. Plusieurs personnalités locales, comme le maire André Fidelin, Jean-Yves Labbé, directeur général de la Compagnie française du thon océanique et membre donateur de l'association ou encore Pascal Piriou, PDG des chantiers navals éponyme ont salué la forte mobilisation des responsables de l'association.

 

31129423_10215267631111700_3258922747849342976_n

Pascal Piriou (à gauche sur la photo) s'informe sur les activités menées par les Amis du Musée de la pêche.

 

 

31124590_10215266754809793_2538358013039738880_n

Le maire de Concarneau, André Fidelin questionne les administrateurs des AAMP.

 

 

30739774_10215211667992657_460207949084622848_n

La très dangereuse Louise-Odile, plus petite que son harpon.

 

 

30714744_10215211677112885_2710690105458163712_n

 Explication de texte avec Michel...

 

 

 


04 mars 2018

Atelier de matelotage au Pôle nautique de Concarneau

28661422_10214826206516361_1371108171115921408_o

 Membre des Amis du Musée de la pêche et patron pêcheur à la retraite, Youn enseigne l'art de l'épissure.

 

 

Depuis octobre 2017, l'association des Amis du Musée de la pêche organise, deux fois par mois, au Pôle nautique de Concarneau (29), des ateliers de matelotage destinés uniquement à ses adhérents. Fidèle à ces réunions pédagogiques, une vingtaine d'entre eux a appris l'art de l'épissure et à fabriquer des noeuds de marins bien pratiques lorsque l'on navigue à bord d'un voilier. Le Pôle nautique accueillera, le samedi 17 mars 2018, de 14 h à 16 h, la dernière séance de la saison. Ce sont Michel et Youn, respectivement ancien marin pêcheur et patron pêcheur à la retraite qui ont animé avec ferveur les ateliers. Ils ont su transmettre leur passion du matelotage et de la mer à un petit groupe qui devrait bientôt sortir -à quelques jours du printemps-, leurs bateaux de plaisance et vieux gréements. Prochaine session, à la fin d'octobre 2018, toujours au Pôle nautique avec vue sur mer. L'endroit idéal!...

 

 

28684918_10214826191075975_607277765422481408_o

Les élèves sont très concentrés.

 

 

28576716_10214826205236329_2064612563261325312_o

 A l'origine de la création de l'atelier "matelotage", Michel sait transmettre sa passion.

 

 

28660596_10214826204836319_7958907139194355712_o

L'atelier "matelotage" des Amis du Musée de la pêche se décline aussi au féminin.

 

 

28471264_10214826198796168_8519207686204555264_o

 L'art de l'épissure. Pas évident!...

 

 

28577735_10214826199876195_81091155801931776_o

Le travail d'un élève.

 

(Photos DR: Rosa) 

 

25 février 2018

L'artiste Yann Kersalé illumine l'Hémérica

DSC_1190

L'Hémérica sera illuminé, toutes les nuits, jusqu'au 6 janvier 2019

 

Le mercredi 7 février 2018, 300 personnes ont participé à l'inauguration de la toute nouvelle exposition temporaire du Musée de la pêche, intitulée Apparition. Les principales vedettes? Le chalutier Hémérica, amarré à son ponton dans l'arrière-port de Concarneau (29) et, surtout, Yann Kersalé, un artiste de renommée internationale qui a mis en lumière l'une des pièces maîtresses du musée concarnois. L'illumination bleutée pourra être admirée, chaque nuit, jusqu'au 6 janvier 2019.

 

DSC_1181

L'artiste Yann Kersalé (à gauche) en grande conversation avec ses admirateurs.

 

 

DSC_1169

Beaucoup de monde à l'inauguration de l'exposition temporaire, le mercredi 7 février.

 

 

DSC_1174

Champagne et petits fours au Musée de la pêche.

 

 

DSC_1187

Le caisson lumineux de Yann Kersalé visible dans la salle d'exposition du Musée.

 

 

17 janvier 2018

Les 90 ans de Lorient Keroman (1927-2017)

keroman 3

 Le port de Lorient Keroman au début du XXème siècle (photo d'archives)

 

A la fin du XIXe siècle, le maire de Lorient offre à un ancien patron pêcheur une concession de 40 années visant à ériger une criée au port de commerce (actuel avant-port, proche du centre-ville). Le bâtiment voit le jour, mais le concessionnaire est contraint de céder la main. Cette affaire avait été lancée au moment du développement du grand chalutage. Les sociétés d'armement, comme la Compagnie Lorientaise de Chalutage, écoulent en effet leur production par leurs propres moyens, donc sans passage en criée. L'arrivée des chalutiers à vapeur qui capturent les espèces de fond, vient compenser la récession de la pêche sardinière. Lorient s'impose ainsi dans sa proche région, au détriment d'Étel, de Port-Louis et de Groix, devenant le principal marché de gros. Ces trois derniers ports fourniront la main d'oeuvre nécessaire au développement du chalutage.

 

Huit années de travaux

 

En 1927, le nouveau port de pêche de Lorient, construit sur la vasière de Keroman, est inauguré après huit années de travaux. Sa construction avait été décidée par l'État après la fin de la Grande Guerre pour contribuer au développement de l'alimentation du pays. En 1918, le commissariat à la Marine Marchande envisage en effet la création d'un grand port spécialisé analogue à ceux de pays comme la Grande-Bretagne, l'Allemagne et les Pays-Bas. Après une enquête publique, c'est Lorient qui est retenu. L'ingénieur Verrière est désigné pour concevoir un ensemble qui s'inspirera au port britannique de Grimsby et qui sera dimensionné pour un trafic de 30 000 tonnes.

 

keroman 5

Début de construction du port de pêche de Lorient dans les années 20

 

keroman 4

 

 

 

keroman 10

 

 

 L'ouvrage était géré par la Société du Port de Pêche de Lorient, dont le siège était à Paris. Cette mise en service donne à Lorient une impulsion qui en fera la place-forte commerciale bretonne du poisson, rang qu'elle occupe toujours aujourd'hui malgré les nombreux aléas subis par la filière de la pêche. Outre la criée et les magasins de marée, les installations comprenaient un slipway pour faciliter les réparations, et une usine à glace, très grand batiment, bel exemple de l'architecture industrielle du début du Xxe siècle (et qui sera prochainement détruit, vu son état).

 

 

En 1927, le nouveau port bénéficie du chemin de fer, qui lui offre des moyens nouveaux et rapides en termes de logistique, d'autant plus que, à l'époque, le réseau routier n'était pas d'une grande modernité. Ainsi, Lorient a pu expédier du poisson en Italie dans des convois ferrés isothermes. En 1930, la Compagnie d'Orléans (opérateur ferroviaire) et le port de Lorient organisent une visite de promotion pour 75 négociants venus de tout le pays. Déjà germe l'idée d'une publicité collective en faveur de la consommation du poisson. Au début des années 1980, le fer n'était plus utilisé mais restaient encore en place les rails et quelques wagons en bois oubliés.

 

Lorient dans l'histoire

 

Lorient fut fondé en 1666 par Colbert pour devenir le siège de la toute nouvelle Compagnie des Indes Orientales, qui se consacrera à la construction d'un port au confluent du Scorff et du Blavet. Cette base comprendra un arsenal. Les armoiries de Lorient portent sa devise : « C'est de l'Orient que lui vient son éclat ». En 1764, le pouvoir y crée le corps des ingénieurs du Génie maritime. La Compagnie ferme en 1769 pour laisser place à un port de commerce et à un arsenal royal. En 1783, Lorient devient une base de départ pour les voiliers transatlantiques. En 1785, une nouvelle Compagnie des Indes est créée, qui sera formellement supprimée le 4 août 1789 dans le cadre de l'abolition des privilèges tandis que la ville s'orthographie désormais « Lorient ».

 

 

En 1973, l'État, propriétaire du port de pêche, en confie la concession à la chambre de commerce et d'industrie du Morbihan pour 50 années. La crise de la pêche et les difficultés de gestion du port conduisent en 1992 l'État à écarter la CCI et à la remplacer par une société d'économie mixte concessionaire, la SEM de Lorient-Keroman, qui elle-même fait gérer le port par un opérateur privé, la Compagnie d'Exploitation des Ports (filiale de la Générale des Eaux). Le contrat consenti à cette dernière lui étant trop avantageux, la chambre régionale des comptes avait préconisé une simplication. Les changements de l'organisation territoriale ont conduit l'État à abandonner la propriété du port au profit de la région. Aujourd'hui, le dispositif ne comprend plus que deux niveaux, la région propriétaire et la société mixte gestionnaire, confirmant ainsi que la gestion de Keroman reste toujours sous responsabilité publique.

 

Jacques LE MEUR

 

Posté par AAMP à 09:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 octobre 2017

Port-Louis: Les Amis de la pêche visitent le Musée de la Compagnie des Indes

DSC_0403

 Les Amis du Musée de la pêche devant le citadelle de Port-Louis (56).

 

Cela faisait bien longtemps que l'association des Amis du Musée de la pêche de Concarneau souhaitait programmer la visite du Musée de la Compagnie des Indes. C'est chose faite, depuis le samedi 30 septembre 2017. Après la découverte de la rade de Lorient, à bord d'une navette de la Compagnie maritime du Pays de Lorient, les adhérents ont apprécié la magnifique déambulation dans le musée morbihannais, commentée par Claude Chrestien, féru d'histoire.

 

"Nous voulions une sortie à la fois maritime et culturelle", souligne la présidente des Amis du Musée de la pêche. "Je crois que cette journée a ravi tout le monde, d'autant que les conditions météo étaient optimales". Avant d'attaquer l'univers des Indes, les Finistériens ont navigué dans la rade et longé les rives de Lorient. Ils ont pu entrer dans une alvéole de la base sous-marine, pénétrer dans le port de plaisance, glisser le long de la base des fusiliers et commandos de la Marine nationale. Les dirigeants de l'association concarnoise prévoient, du reste, une visite du musée de ces militaires d'exception. Peut-être au printemps 2018.

 

 

DSC_0275

 Les amis montent à bord d'une navette pour découvrir la rade de Lorient.

 

 

DSC_0322

Un bon bol d'air.

 

Après un déjeuner rondement mené au restaurant La Grande plage, de Port-Louis (à recommander), les amis ont admiré la collection de la Compagnie des Indes et, plus particulièrement, l'exposition temporaire (jusqu'au 15 décembre 2017). Cette année, la filature a conduit le musée sur la piste d'un exceptionnel paravent de la fin du 17ème siècle, réalisé par des Chinois et représentant des Européens à la chasse, en Chine. "Il s'agit d'une prise majeure pour le musée car, seules, six autres oeuvres semblables sont connues de part le monde", assurent les conservateurs.

 

 

DSC_0374

Magnifique coupe d'un vaisseau.

 

DSC_0364

 L'équipement complet d'un samouraï.

 

Pratique: Musée de la Compagnie des Indes, Musée d'art et d'histoire de la Ville de Lorient, Citadelle de Port-Louis, tél. 02.97.82.19.13

 

 

Posté par AAMP à 18:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


29 septembre 2017

L'Armada de l'espoir à Concarneau

DSC_0250

Les dix voiliers de l'Armada de l'espoir sont arrivés à Concarneau, hier soir (le jeudi 28 septembre 2017)

 

Organisée par le Centre d'instruction naval (CIN) de Brest, la 8ème édition de l'Armada de l'espoir est arrivée, hier soir, à Concarneau (29). A bord des dix voiliers, une centaine de moussaillons, des mousses de l'école navale de Brest, des élèves des lycées professionnels du Guilvinec et de Paimpol, des jeunes de la Fondation des apprentis d'Auteuil. Objectif de l'événement : amariner les jeunes marins. Certains connaissent déjà très bien le milieu marin et veulent faire carrière dans la Royale; d'autres découvrent un univers exigeant, mais magnifique.

 

Visites des trois bateaux civils, ce week-end

 

Une partie de la flotte devait quitter Concarneau, ce matin, à 9 heures, pour rejoindre Brest, port d'attache: les goélettes Etoile et Belle-Poule, le Mutin, le Hosana, la Grande-Hermine, la Virginie-Hériot et l'Atout-Chance, navire de l'école des mousses. Seuls, restent ce week-end, les trois navires civils qui seront pour l'occasion ouverts au public: la Recouvrance, le Corentin, la Nébuleuse. 

 

 

 

 

 

 

18 septembre 2017

Les Naufrageurs: Un film des années 50 à redécouvrir

 

les_naufrageurs

Le film LES NAUFRAGEURS réalisé, en 1959, par Charles Brabant, d'après un roman de Gwenn Aël Bolloré -qui en était aussi le producteur et le scénariste-, sera diffusé sur la chaîne Ciné + Classique, demain, mardi 19 septembre, à 18 h 55; vendredi 22 septembre à 11 h 55 et mardi 26 septembre à 3 h 40.

 

Dans les rôles principaux: Henri Vidal, Charles Vanel et Renée Cosima (mère d'Anne Bolloré-Laborde, administratrice de l'association des amis du Musée de la pêche).


Le pitch du long-métrage de 92 minutes: En 1852, la famine sévit sur une île désolée, située dans le pays bigouden. Certains habitants exhaltés tiennent pour responsable la jeune Moïra (incarnée par l'actrice Renée Cosima), considérée comme une sorcière. Le vieux Marnez (Charles Vanel), chef de l'île, s'efforce de rétablir le calme.

 

Le film avait fait à l'époque plus de 550.000 entrées dans les salles obscures. Les critiques furent  bonnes. Pour l'historien Jean Tulard, Les Naufrageurs est un "film bien fait, qui ne manque pas d'authenticité grâce à de splendides décors naturels".  

 


"A titre de curiosité", souligne Anne Bolloré-Laborde, "ce sont le capitaine Raymond Javry, père de notre adhérente Roselyne et mon père Gwen Aël Bolloré qui ont drossé réellement un thonier sur les cailloux pour les besoins du film. C'est ce qu'on appelle la licence artistique". 

 

Posté par AAMP à 19:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Journées Européennes du Patrimoine: 2.500 visiteurs au Musée de la pêche

DSC_0165

 Michel, administrateur de l'association des amis a animé, samedi, plusieurs visites de l'Hémérica.

 

Au total, 2.500 visiteurs auront ouvert les portes du Musée de la pêche de Concarneau, ce week-end, lors des Journées Européennes du Patrimoine (JDP). Un formidable succès et, surtout, un record. Preuve, s'il en est, que le musée de la rue Vauban plaît et attire en masse les citoyens, soucieux du patrimoine maritime. Plusieurs administrateurs des Amis du musée étaient sur le pont, samedi, de 10 h à 18 h, pour faire la promotion de la structure et de l'association : Michel, Rosa, Sophie, Sylvie et Isabelle. Au programme: visites guidées du chalutier, échanges avec les visiteurs... Un joli moment convivial.

 

DSC_0160

 Michel et les visiteurs dans le carré d'équipage de l'Hémérica.

 

DSC_0168

Un petit public pour la conférence programmée par le Musée sur les écoles de pêche.

 

DSC_0172

 Notre secrétaire pose des questions aux jeunes visiteurs de l'Hémérica, ravis.

 

DSC_0174

 La convivialité est très importante pour les amis. Dégustation du gâteau de Rosa dans la cuisine secrète.

 

 

21 août 2017

Clap de fin du Village de la mer des Filets bleus 2017

DSC_0068

 Les animateurs du Village de la mer du Festival des Filets bleus 2017: le groupement des mareyeurs, les Amis du Musée de la pêche, le Marinarium, les conchyliculteurs, les représentants des patrons et marins pêcheurs.... Ambiance!

 

Les portes du Village de la mer du Festival des Filets bleus (29) se sont refermées dimanche 20 août, à 20 heures, juste après le traditionnel triomphe des sonneurs. Durant cinq jours, les administrateurs de l'association des Amis du Musée de la pêche ont fait largement leur part. Ils ont animé avec brio, ferveur et bonne humeur, les ateliers "matelotage", "épissure" et "coloriage",  plébiscités par les milliers de visiteurs du village. A l'issue d'une semaine épuisante mais enjouée, Michel Kerscaven, responsable de l'événement promotionnel et Annick Martin, responsable de la communication du Festival ont tenu à remercier notre association pour son importante implication (10 heures de présence chaque jour). Promotion du Musée de la pêche de Concarneau a été faite. Retour en images...

 

DSC_0047

 Michel donne des cours de matelotage à la reine des Filets bleus.

 

DSC_0035

 Rosa, "madame café" et Jacques. Chaque jour, les bénévoles du Village de la mer venaient chercher leur café "chez Rosa".

 

20916053_10213096265948928_158141206_n

La secrétaire Sophie donne de sa personne en faisant de la pub pour Pavillon France. 

 

DSC_0081

 Coucou, c'est qui? Bon, c'est vrai! Nous nous sommes bien amusés durant cinq jours.

 

DSC_0038

Les deux Jacques, très sérieux...

 

DSC_0041

 Qui sera la reine des Filets bleus l'année prochaine? Annie ou Rosa?

 

DSC_0079

Le mot (visage) de la fin revient à Michel. Durant cinq jours, il fut l'un des principaux animateurs du stand des Amis.

 

 

Posté par AAMP à 21:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 août 2017

Les Amis du Musée au Festival des Filets bleus

20952243_10213096265908927_505829448_o

Explications de texte...

 

Jusqu'à ce soir (dimanche 20 août 2017), 20 heures, l'association des Amis du Musée de la pêche tient un stand d'information au Village de la mer du Festival des Filets bleus, à Concarneau. Au programme: atelier "matelotage" et "épissure", coloriage pour les enfants, diffusion de documentaires sur la pêche. Et tout cela dans la bonne humeur et une excellente ambiance entre les différents partenaires et acteurs de l'événement. Passez nous voir sous le chapiteau! A bientôt.